Hommages et rétrospectives



© Moustapha Alassane

Les Films


Aouré / Mariage, Moustapha Alassane
Le Retour d'un aventurier, Moustapha Alassane
FVVA - Femme, Villa, Voiture, Argent, Moustapha Alassane
Toula ou le génie des eaux, Moustapha Alassane, Anna Soehring
Les Cow-boys sont noirs, Serge Moati

Moustapha Alassane, pionnier du cinéma africain 

Paris CinéMômes

Studio des Ursulines / Méliès

 

Moustapha Alassane est né en 1942 à N’Dougou au Niger. Il est d’abord mécanicien, puis se forme à la technique cinématographique avec Jean Rouch. Il part ensuite au Canada où il rencontre le célèbre Norman MacLaren qui lui enseigne le cinéma d’animation. Son premier film, Aouré (Mariage), court métrage sur la tradition nuptiale d’un village du Niger, est récompensé en 1962. En 1965, Moustapha Alassane réalise le premier dessin animé africain, intitulé La Mort de Gandji. Il surprend encore plus en 1966 avec le moyen métrage parodique Le Retour d’un aventurier, premier western africain. Son premier long métrage voit le jour en 1972 ; c’est une satire de moeurs au titre évocateur : FVVA : Femme, Voiture, Villa, Argent, qui dénonce l’arrivisme et la soif de pouvoir des nouveaux riches en Afrique. La filmographie de Moustapha Alassane, considéré comme le doyen du cinéma d’animation africain, compte aujourd’hui une trentaine de films d’animation, de fiction, ou de documentaires, qui restituent avec un regard satirique les situations sociales et les moeurs de son pays. Directeur de la section cinéma de l’université de Niamey pendant 15 ans, Moustapha Alassane, par sa création prolifique et son cinéma engagé, a contribué dans les années 1960-1970 à faire du Niger un grand pays de cinéma, tout comme le Sénégal à la même époque. « Pour moi, le cinéma peut et doit servir à modifier la mentalité de la masse. Chacun de mes films touche à la politique, ne serait-ce que parce qu’il suscite un intérêt auprès de la masse et est susceptible de lui faire prendre conscience de sa culture. Je pense que, pour le moment, le cinéma n’a pas suffisamment prouvé au monde que l’Afrique a une culture propre. Il doit pouvoir éveiller la conscience du spectateur sur des problèmes spécifiquement africains et guider l’Afrique dans une direction plus viable. » (Moustapha Alassane)

A découvrir aussi :

les programmes d’animation africaine accompagnés par Moustapha Alassane

 

 

Infos pratiques

Où :
Au Studio des Ursulines
Au Méliès (Montreuil)

Programme en présence de :
Rahmatou Keïta, Jean-Michel Kibushi N. W., Michel Ocelot, Abderrahmane Sissako

 


 

Paris CinéMômes

C'est aussi :

Hommage à Moustapha Alassane, le pionnier du cinéma d'animation africain

L’Afrique animée

L’univers enchanté de Tim Burton

 

 

Moustapha Alassane, pionnier du cinéma africain
bénéficie du soutien de :

 



 




 


 








     Novius ©
 


16 15 14 13 12 20 19 18 17 7 6 5 11 10 9 8 1 2 3 4 93 92